Soutenances des élèves du mastère spécialisé Innovation By Design

Du 3 au 6 février 2020, les soutenances se dérouleront à l'ENSCI-Les Ateliers en Vienot2

 

illustration tirée du mémoire de Jérôme Gratien

 

 

 

 

télécharger le programme

Innovation publique, objets partagés, forme , norme, contribution, deuil, humanisation de la technique, intelligence collective, legal design, éco-conception...19 sujets et réflexions sur le monde économique et sociétal contemporain et des pistes de réponses "by design".

Chaque soutenance dure une heure, le public peut accéder à tout ou partie des soutenances.

PROGRAMME

Lundi 3 février

 

10H
Léna Spinazzé, directeur de mémoire Olivier Desportes
« L’esthétique du design au-delà de l’objet »
De nombreuses pratiques contemporaines du design ne concernent plus des objets matériels mais immatériels, comme les services, les processus et les stratégies. Les capacités  transversales et synthétiques du design y sont utilisées notamment pour placer les
utilisateurs et les usages au centre et pour pratiquer une démarche itérative de test and learn, avec des résultats prouvés. Néanmoins, la dimension esthétique du design s’y retrouve parfois plus difficilement.
Ce mémoire est une recherche des moyens permettant de renforcer cette dimension esthétique dans les pratiques du design « au-delà de l’objet ». Il explore en particulier les «formes » que peut prendre l’esthétique dans un objet immatériel, s’interroge sur ce que ces  formes incarnent, c’est-à-dire où les chercher, et propose une approche pour marier démarche centrée utilisateurs et démarche esthétique.

11H
Marie Potel
, directeur de mémoire Olivier Desportes
« La forme de la norme peut-elle lui redonner sa fonction ? »
Le droit souffre aujourd’hui, peut-être plus que jamais, d’ineffectivité : le consentement à l’aveugle règne en maitre sur le net – la case « j’accepte » aurait pu être rebaptisée depuis longtemps « moi, je m’en fiche ! », les programmes de compliance restent souvent lettre morte, le fossé se creuse entre droit et citoyens. A l’heure où le legal design, ou design du droit, est devenu un « buzzword » dans le petit monde de l’innovation juridique, cette thèse professionnelle explore la capacité du design à redonner au droit son effectivité.

12H
Marie Rochette
,directeur de mémoire Olivier Desportes
"Eco-conception injonction à la croissance: une utopie schizophrène?"
Depuis quelques années maintenant, l’éco-conception tente de se faire une place dans le
monde de la conception.Au travers d’une pièce de théâtre, ce mémoire interroge les différentes pratiques de cette discipline. On y découvre petit à petit un univers aux multiples visages, tout aussi complexe
que stratégique. On y entrevoit aussi les paradoxes, voire les impasses, de l’éco-conception
face à notre société construite sur la consommation de masse.
Dans ce contexte-là, comment rendre toutes ses lettres de noblesse à l’éco-conception ? Et
comment le designer peut être un atout majeur dans cette recherche ?

14H
Marie-Laure Even
, directrice de mémoire Sophie Coiffier
« L’amateur contribue-t-il à pousser l’animation? »
Faire avec la complexité du monde et l’incertitude quotidienne rend difficile la projection ; dans le présent d’abord, parce qu’il est trop plein de tout (d’offres et de sollicitations) et dans le futur ensuite, parce que même proche, il est flou... Dans pareil contexte, innover, c’est-à-dire introduire quelque chose de nouveau à l’existant paraît une gageure ; à moins qu’on accepte de laisser place à une forme de tâtonnement, à moins que l’on fasse en sorte de rendre l’environnement capable de compenser la prise de risque individuelle.”
En cheminant sur le sujet, je me suis arrêtée sur la figure de l’amateur avec l’intuition qu’il dispose de certaines aptitudes au
tâtonnement. L’amateur, animé par l’amour de ce qu’il fait, est-il plus prompt que d’autres à explorer, à apprendre et à s’engager sur la voie de nouvelles découvertes ? Le cas échéant, que gagne-t-on à courir le risque de faire une place aux amateurs dans un processus créatif ?

15H
Andy Bruneteau
, directeur de mémoire Roland Cahen
« Agoraphone : Humanisation du numérique par la parole échangée »
Dans ce mémoire, l’intermédiation des technologies numériques dans les relations humaines me conduit à poser cette question « La présence de paroles humaines enregistrées dans les interfaces numériques peut-elle favoriser des interactionshumaines plus empathiques ? », point de départ de la réflexion.
La parole humaine au centre de ce travail, nous permet d’explorer ses spécificités dans la communication, d’étudier ses liens historiques avec la technologie et par un processus créatif de donner naissance à Agoraphone : un lieu virtuel pour se retrouver et échanger vocalement à l'aide d’enregistrements audio
.

16H
Sebastian Orellano
, directeur de mémoire Stéphane Gauthier
« L’articulation entre le savoir-faire et la créativité »
Non communicable

 

Mardi 4 février

 


10H
Eric Gaudin
, directrice de mémoire Laure Garreau
« Electronique imprimée, guide de voyage à l’attention des ETI et PME »
L’électronique imprimée est une poussée technologique qui offre de belles perspectives. Des structures modestes comme les ETI et PME peuvent-elles s’emparer du sujet ? Et si oui pour proposer quels produits et services ? Comment peuvent-elles initier l’exploration dans ce domaine ? Est-ce que le design peut les aider dans cette démarche ? Voilà quelques questions que ce mémoire propose d’aborder.

11H
Myriam Ougadfel,
directeur de mémoire Mathias Béjean
Design et émotions - Le design peut-il aider à apprendre des compétences émotionnelles ?
Des recherches récentes (1990) ont introduit le concept d’intelligence émotionnelle.
L’intelligence émotionnelle est « la capacité de reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions et à composer avec les émotions des autres personnes. L’intelligence émotionnelle auraient des effets positifs sur les plans relationnel, professionnel, et sur la
santé ». Si les compétences émotionnelles sont fondamentales, sont-elles alors enseignées ? Peut-on les enseigner ? Que pourrait-être un enseignement des compétences émotionnelles ? Au contraire, es-ce un savoir évident, qui va de soi ? Un savoir muet n’ayant pas besoin
d’être verbalement expliqué ou ne pouvant pas l’être ?

12H
Stéphanie Cuny,
  directeur de mémoire Mathias Béjean
« Récit prospectif en intelligence collective »
Créer les conditions pour faire émerger l’intelligence collective : fiction ou réalité ? C’est une notion qui apparaît de plus en plus, et qui prend son intérêt notamment grâce au réseau internet, qui permet un partage accru des connaissances et des données mais aussi dans des nouvelles façons de travailler. Après une analyse du concept, et une enquête sur les pratiques collaboratives permettant de faire émerger de l’intelligence collective, une proposition d’atelier pour faire des récits prospectifs sur la mobilité sera faite.


14H
Jerome Gratien
, directrice de mémoire Nadia Arab
« Mots pour maux. Exploration de  pratiques de co-conception pour le renouvellement urbain »
Cette recherche exploratoire a comme objet l’activité de co-conception en renouvellement urbain, ici entendu comme un mode opératoire de transformation de la ville «habitée». Elle analyse et croise au travers de récits de projets, les pratiques, les postures de concepteurs urbains
conventionnels et de designers

 

15H
Ludivine Denis
, directrice de mémoire Sophie Coiffier
« Quelle(s) organisation(s) et quelles innovations pour les métiers d’art aujourd’hui »
« Faire avec ses mains » m’a ouvert sur un autre monde, celui où la matière remet l’humain à sa place, impose la modestie, la patience, la persévérance et parallèlement lui donne le sentiment de faire quelque chose de bien. Se reconvertir dans les métiers d’art est aujourd’ hui un phénomène courant, surtout chez les cadres supérieurs quinquagénaires et les jeunes diplômés. Une nouvelle façon d’entreprendre sa vie professionnelle et de développer son activité sur de nouvelles bases apparaît. L’expérience vécue, la reconnexion à soi et à autrui dans une relation plus directe et souvent plus humaine avec le client final prime sur « l’objectif business ». Mais, peut-on réellement vivre aujourd’hui en France d’un métier artisanal ? Si oui, sous quelles conditions ? A quel prix ? Quels sont les modèles organisationnels qui marchent ? Comment penser l’organisation de son travail pour qu’il soit économiquement viable ? Comment penser et designer le modèle de l’artisanat du futur ? Un
modèle individuel ou collaboratif ?

16H
Edouard Luro,
directeur de mémoire Mathias Béjean
« L’hybridation du design: Etude sur la co-conception par des chercheurs notamment dans l’agroécologie
et les enseignements possibles pour l’innovation des entreprises »

Etude sur les outils et méthodes en conception innovante du Centre de Ressources IDEAS INRA, et quelques autres cas (diagnostic design Bpifrance ; Y Spot CEA Tech Grenoble), pour savoir si le design s’articule avec des briques beaucoup plus traditionnelles en gestion notamment. L’hybridation serait un élément permettant d’accroître les chances de réussite des projets d’innovation.

 

Mercredi 5 février

 

10H
Alexis Flot, directrice de mémoire Apolline Le Gall
«  Le design fiction et l’adaptation au changement climatique »
Les politiques d’adaptation visant à faire face aux impacts du changement climatique sont actuellement peu pensées par nos sociétés, et en particulier par les acteurs économiques. En s’inscrivant dans le cadre d’un plan gouvernemental de sensibilisation des filières économiques à l’adaptation au changement climatique, ce mémoire explore les potentiels du design fiction pour sensibiliser les acteurs économiques à l’adaptation au changement climatique. Trois hypothèses sont formulées : le design fiction permet de communiquer de manière efficace les données abstraites du changement climatique à l’échelle du quotidien d’une organisation ; le design fiction permet de révéler les vulnérabilités d’une organisation face au changement climatique ; le design fiction permet de cristalliser le passage à l’action pour adapter une organisation. Un outil expérimental mobilisant le design fiction pour sensibiliser des collaborateurs d’une organisation à l’adaptation, proposé dans le cadre du projet, interroge et enrichit une partie de ces hypothèses.


11H
Michelle Taing
, directrice de mémoire Sophie Coiffier
« Peut-on structurer et organiser l’imprévu ? L’exemple de la conception vernaculaire et ouverte. »
L’objet de cette recherche est d’explorer les valeurs ajoutées d’une conception ouverte et vernaculaire : comment accueillir de l’imprévu dans les projets collectifs appliqués à l’architecture et design? Peut-on structurer et organiser l’imprévu? Quels sont les apports et les limites de cette conception?

12H
 Marion Eichner,
directrice de mémoire Sophie Coiffier
« Matériauthèques. Entre tangible et virtuel comment les matériauthèques contribuent-elles à donner forme à nos projets. »
Le point de départ de ce mémoire est une quête personnelle, visant à mieux relier ma tête et mes mains. Les mains actives des ateliers dans lesquels j’ai grandi et la tête pensante mobilisée dans ma profession d’aujourd’hui : accompagner des personnes dans la construction de leurs projets professionnels. Parce qu’en attendant de faire mieux, j’ai accumulé chez moi une collection de tissus et d’images inspirantes, je me suis intéressée aux matériauthèques. Ce mémoire propose un chemin de découvertes et de réflexions qui questionne comment, entre
tangible et virtuel, les matériauthèques aident à donner forme à nos projets.

14H
Martin Labrousse
, directrice de mémoire Sophie Coiffier
« Deuil et design, quand le deuil devient intime ou solitaire, quelles réponses du design pour accompagner cette épreuve? »
Depuis le début du XXème siècle, le deuil est passé dans le domaine de la sphère privé et de l’intime. Dans ce contexte, comment les gens vivent leur deuil aujourd’hui ? Comment ces pratiques ont-elles évoluées et quelles réponses du designer pour accompagner cette épreuve ? Voici les questions qui sont approfondies dans ce mémoire.

15H
Audrey Belliot , directrice de mémoire Marie Coirié
« Comment faciliter la cohabitation dans les espaces publics ? »
Les espaces publics sont-ils vraiment ouverts à tous ? Un espace habitable par les uns peut-il rester habitable par les autres ? Je propose d’utiliser la notion de “co-habitation” et d’interroger les interactions entre usagers dans l’espace public. Je me demande alors :
Comment faciliter la cohabitation dans les espaces publics ? A partir d’un travail d’immersion, l’objet de ce mémoire est de comprendre ce qui se joue ou ce qui peut se jouer de plus qu’une simple “co-occupation” de l’espace. Derrière “cohabiter”,
j’entends “habiter collectivement”, de l’indifférence au partage en passant par des tensions et des compromis.

16H
Macarena Ballcells
, directeur de mémoire Mathias Béjean
« La copie comme outil de création »
Réfléchir sur la copie en tant qu'outil de création, l’éloigner de sa connotation
négative historique et évaluer différentes méthodes pour apprendre à l'utiliser.

 

jeudi 6 février

 

10H Solène Giuliano, directeur de mémoire Stéphane Gauthier
« De la possession à l’usage : la conception des objets du partage »
Face à la croissance des services de mobilité partagée, les consommateurs deviennent au fur et à mesure des usagers. Dans ce contexte de modification de notre rapport aux biens, est-il possible de penser, concevoir, fabriquer des objets pour le partage ? Ces objets ont-ils des caractéristiques différentes des autres objets ? L’objet de ce mémoire est d’explorer comment le partage influence la
conception des objets.

inscriptions obligatoires du public pour accès à l'école sur le formulaire: inscriptions évènements

 

le mastère spécialisé Innovation by design