Visuel Claire Kail

mémoire de diplôme : Atlas des restes

Par

Le reste, ce à quoi nous portons le moins d’attention, dit pourtant beaucoup des choses, des hommes, de leurs activités et de leurs croyances. Il raconte notre société sur un mode inversé.

 

"Je m’intéresse dans cette étude aux objets délaissés qui gravitent en périphérie de notre vie quotidienne.
Particulièrement aux relations que nous entretenons à l’égard des objets que nous acquérons, manipulons, usons, dont nous nous débarrassons, et qui nous survivent.
Pour ce faire, j’interroge la notion de reste, qui me semble rassembler les émotions aussi contradictoires que la peur, l’interdit,
le désir, le dégoût, la perte, et l’affection.
Ce travail propose un voyage dans ce vaste territoire des restes. Comment y naviguer?

Pour établir ma propre partition, je propose en second chapitre une typologie des restes. Non exhaustive, cette typologie se propose
plutôt comme une déambulation et compose de 8 types qui se sont dessinés au gré de mes recherches.
Indépendants, ces types témoignent néanmoins d’une progression de l’évident
déchet à des acceptions plus périphériques ,telles que les miettes ou les espaces résiduels des maisons"

 

l'étude en pdf

Le droit d'auteur protège ce  document. Il peut être cité, en nommant son auteur et le contexte. Pour d'autres usages, merci de nous contacter