mémoire de diplôme : Analyse critique : l’innovation, ses postures classiques et les émergences à venir.

Par
Direction : Sophie COIFFIER

"Dans les entreprises, l’urgence gronde également. Ces dernières années, des changements sans précédent ont eu lieu dans la société, du fait de l’avènement de la société de l’information en réseau. Celle-ci a lancé des évolutions et révolutions qui semblent vouloir bouleverser l’économie de demain, les marchés, la société, le travail, c’est une question de temps. En point de mire : l’invention d’un monde nouveau. Mais celui-ci peine à venir car il semble s’inscrire encore dans l’utopie d’un retour à l’âge d’or des 30 Glorieuses (plein emploi, croissance économique forte). Malgré cela, tout le monde veut

participer, innover dans son domaine avec ferveur et avec l’envie de trouver la solution qui nous ramènera enfin à cet état de grâce : la croissance.


Cette volonté de croissance pousse les entreprises à agir à l’intérieur d’un paradoxe : des ambitions infinies, des budgets et des plannings toujours plus réduits ; c’est la Génération « ASAP2 ». Ce qui a, hélas, souvent pour conséquence une plus grande incapacité à faire : par manque de temps, par manque de personnel et de ressources, dans un contexte d’urgence sociale (face à cette pression du « moins-moins », moins de temps, moins de ressources), et d’injonction à « renouer avec la croissance », à aboutir à la « relance ». Il en résulte souvent un transfert de responsabilité sur les salariés : le salarié doit « être force
de proposition », « autonome », « savoir se réinventer », être, à l’instar de l’ensemble de ses collègues, « commercial », il est encouragé à « agir comme un dirigeant ». Nos femmes et nos hommes politiques nous encouragent à devenir « tous entrepreneurs3 ». Les injonctions sont nombreuses à faire mieux, aller plus loin, se dépasser, à innover."

L'étude de Thibaud
Le document est protégé par le droit d'auteur